Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !

Publié le par Morgane L

L'Atelier du Dahu, en tant que projet commun d'arts, commence à faire son petit bonhomme de chemin au sein des milieux culturels nantais. Les cultures, avec un petit « c » - s'entend... On y fait la fête, certes, mais pas que ! Les artistes du collectif investissent leurs ateliers, organisent les prochains évènements, ça bossent... L'énergie du lieu y est propice. Au sein d'une autre sphère associative de Nantes, une petite équipe s'est construite autour d'un projet venu d'ailleurs. Céline est revenue de Nouvelle-Zélande avec cette idée marrante et foutrement efficace : la publication d'une revue artistique autogérée, en partenariat avec les bars du centre-ville.

« Le Boock »... Mais qu'est-ce que c'est ? Eh bien, c'est un recueil d’œuvres que tu peux feuilleter lorsque tu prends un café ou lorsque tu va boire un coup en attendant les copains. L'exemplaire appartient au bar, et l'avantage tient dans le fait que tu peux lire la suite, le lendemain, dans un autre rade. L'équipe est constitué de Nantais mais arbore un visage européen, voire international. Les œuvres ne suivent aucune ligne directrice, on y trouve photographies, illustrations, prose, poésie... Tout ce qu'il est possible de mettre sur le papier. Le projet est soutenu par l'association Le Poisson Hurlant et débute à l'automne 2014 autour de quelques individus qui ne se connaissent pas de prime abord. Quelques réunions plus tard, de l'organisation, de la couture, et hop ! Le Boock number one est sorti en décembre. La réception par les tenanciers et leur clientèle est bonne ; on se lance dans un second numéro avec l'envie d'intégrer de nouvelles personnes, de nouveaux horizons. De fil en aiguille, Le Boock n°2 se constitue, de nouvelles créations y sont présentées et accessibles au sein de 17 bars nantais, en plus du Dahu dont l'équipe a soutenu l'idée au travers de cette soirée de lancement.

Après Pol'n où le vernissage avait eu lieu début décembre, l'Atelier du Dahu a ainsi ouvert ses portes au Boock. Le jeu des relations humaines et des amitiés, des affinités et des idées communes, a largement contribué à ce rapprochement. Cela vient sûrement du fait que la revue s'inscrive dans un but non lucratif, ouvert à tous – ou presque, et que les moyens mis en œuvre pour sa création tiennent de la débrouille et du talent des participants. L'idée derrière tout ceci est la même : créer sans attendre que l'on nous mettent entre les mains les outils pour. Ne pas s'appuyer sur les institutions, l'extérieur, les autres pour que les choses avancent. Avoir une chose à réaliser... Et s'y lancer avec les moyens du bord. Pour ça, les copains du Dahu sont plutôt balaises. Leur espace est superbe, il est agréable d'y écouter du son, de danser et de rire avec les gens. Ils proposent des vernissages, exposent les œuvres sortis de leurs ateliers et somme toute, font vivre ce quartier du bord de Loire légèrement excentré de la ville. De leur propre chef, avec leurs propres possibilités (humaines, et financières). Le Boock, à une toute autre échelle, s'en rapproche. Et ce fût un réel plaisir de réaliser cette seconde soirée dans un espace aussi vivant.

Le monde a répondu à l'appel, relayé par les affiches placardées dans les bars du centre-ville.Il semblerait que quelques 250 personnes soient venues participer à cette soirée de lancement. Entrée à prix libre, au bon vouloir de chacun. Les gens se présentent en avance, et ça ne désemplit pas au cours de la fête. Pour avoir dessiner des lapins pendant près d'une heure et demie sur les poignets des adhérents – à défaut de tampons-encreur – je peux affirmer que le public venait de divers horizons. Jeunes, moins jeunes, artistes, étudiants, profs, cadres, fringues sans formes ou bien sapés, les visages laissaient entrevoir des sourires spontanés. Le point d'orgue de leur venue ?... La curiosité ! Beaucoup n'avait jamais mis le pied à l'Atelier du Dahu, ne connaissait pas ou peu le concept du Boock, et l'ambiance printanière - bien que pluvieuse - de ce week-end d'avril les a fait se mouvoir vers le bout des quais de Nantes. La musique programmée ce soir y a participé également. Les festivités ont commencé avec une chorale de quelques 25 protagonistes : Y Birds. Impressionnante, enjouée, elle use d'un répertoire rock à souhait, des Beatles au Pink Floyd, en passant par les Rolling Stone... Ça swing, ça balance, la salle 'intérieure' est blindée et ça s'annonce joyeusement pour ce début de soirée ! Les équipes chargés des adhésions tournent, celles du bar également... Une bonne ambiance se crée entre les deux équipes qui ne se connaissent pas de base. Petite faille du coté des Boockés, trop peu nombreux pour le nombre d'artistes présentant leurs œuvres dans la revue. Dommage pour eux car, à coté des moments d'orga' nécessaires au bon déroulement du vernissage, le temps est passé à une vitesse folle tant l'atmosphère était nice, chouette, choupi ! Les exemplaires du Boock n°2 sont partis comme des petits pains. Les frites 'maison' de l'asso Courts-CirCuits également. Les groupes de musique ont produit un son à hauteur des attentes – malgré l'absence de l'un d'entre eux. Les 10 Slips sur la scène 'extérieure' ont produit un rock électro poussif attirant la masse de personnes sous le hangar. Les quatre nantais de Croche-Dedans ont animé une bonne partie de la soirée avec leur set décalé de rock français à base de banjo, de guitare et d'accordéon. La sauvegarde de l'espèce a poussé un peu plus loin le bruit, avec une base rythmique rigoureuse, batterie flamboyante et basse à faire trembler les baffles.

En mode déambulation, on s'aperçoit que les différents espaces du Dahu s'investissent : le hangar et sa fosse ; la sale centrale où le bar ne semble pas désemplir – la bière artisanale nommée Dahu en atteste, les futs doivent être remplacés régulièrement ; la pièce du fond se parsème de lecteurs curieux de l'objet Boock en lui-même ; la terrasse au-dehors donne aux participants l'occasion de prendre l'air frais de la nuit. Conclusion : ça discute et ça rit un max !

Le pari est gagné, l'expérience réussie ! Merci à l'équipe du Dahu, aux copains du Boock, aux musiciens, et aux nombreuses personnes à s'être déplacées ce vendredi soir. Les choses - et les actes - mis en communs ont cet avantage de n'appartenir à personne et d'être accessible à tout le monde... C'était cool, festif, enrichissant, et on s'est bien marré. Vivement la prochaine !

LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !
LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !
LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !
LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !
LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !
LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !
LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !
LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !
LE BOOCK N°2 À L'ATELIER DU DAHU, DEUX MOUVEMENTS EN FRÉQUENCE POUR UNE SOIRÉE VERNIE !
Commenter cet article